Le courage dans la misère, c’est de...

1 | (actualisé le ) par Andrée, Françoise, Nadine, Patrick

Le courage dans la misère,

C’est de trouver la force de s’en sortir
C’est de casser la fatalité
C’est d’affronter le regard des autres
C’est de surmonter la honte
C’est d’oser refuser les situations ou les propositions indignes
C’est de trouver la force de se battre et de revendiquer ses droits
C’est de ne pas laisser les "gens supérieurs" décider pour soi
C’est d’oser demander de l’aide
Seul, le fardeau est trop lourd, il faut s’unir !

Le courage dans la misère,

C’est de supporter le regard de certains
C’est de ne pas avoir assez pour bien nourrir ses enfants
C’est de chercher chaque jour un emploi, sans espoir
C’est de faire des kilomètres à pied pour économiser un ticket de bus
C’est quand, épuisé, on doit encore puiser dans sa réserve de courage

Le courage dans la misère,

C’est d’abord, de se lever le matin, peut-être en pensant aux enfants : qu’ils soient beaux pour aller à l’école, qu’ils aient mangé quelque chose, qu’ils ne soient pas en retard, que personne ne se moque d’eux . . .

C’est de regarder en face les démarches à faire : pour la scolarité de l’un, la santé de l’autre, pour obtenir un nouveau logement, pour acheter de quoi manger . . . savoir qu’il faudra rencontrer l’assistante sociale, le délégué HLM, l’enseignant-e, . . . et insister, insister pour faire reconnaître ses droits : droit au logement, droit à la santé et aux soins, droit d’aller à l’école et aussi droit aux loisirs . . . tout ce qui peut aider à vivre, tout ce qui permet de vivre dans la dignité. Passer sur ses peurs, sa gêne . . .

C’est enfin, d’ oser prendre un peu de temps pour soi : un café chez un-e ami-e, un passage chez le coiffeur . . . tout ce qui peut aider à garder confiance en soi et à savoir que l’on peut être soi-même un soutien pour d’autres, en apportant son sourire et son amitié.

Le courage dans la misère,

C’est de se battre jusqu’au bout pour aider les autres à s’en sortir.