Jeu d’écriture : Vacances, Solitude, Travail

par Marie-Claire, Monique , Nadine, Patrick, Sandrine

Trois participantes à l’atelier ont donné un mot et ensuite la consigne d’écriture était d’utiliser ces trois mots dans un texte.

La solitude pendant les vacances
Beaucoup de personnes se retrouvent seules et isolées pendant les vacances .
Que faire pour ces personnes pour qu’elles ne soient pas isolées chez elles, cela a pour conséquence souvent une période de déprime, car toutes leurs activités sont suspendues pendant cette période.
Je sais aussi qu’on peut se retrouver isolé quand on n’a pas de travail.

Tous les matins, je me lève en espérant trouver un travail. Quand on n’a pas de travail c’est difficile à vivre car souvent on se renferme et la solitude s’installe. Il faut du courage pour continuer à chercher certains jours, car à force de refus on perd confiance en soi.
De plus, ne travaillant pas, le mot vacances n’a plus de sens, quand on travaille on attend souvent avec impatience les vacances, mais là sans travail on n’attend rien, notre vie n’a pas de rythme.

Lorsque je suis dans la solitude je pense aux vacances, cela me libère des journées de travail de la semaine, ça me permet de m’évader un peu. Le travail c’est la santé mais il faut bien la conserver, quand je reviens du boulot c’est très rigolo.

Partir en vacances c’est mon rêve. mais c’est compliqué pour certaines personnes de partir en vacances.
Tout d’abord il faut de l’argent car en vacances on dépense davantage et sans travail c’est parfois impossible.
Et puis pour partir, cela demande un peu d’organisation et quand on vit dans la solitude on ne peut compter que sur soi.
Donc les vacances ce n’est pas pour tout le monde ...

Quand je peux enfin poser mon sac lourd de charge mentale, je me sens en vacances, et j’ai un espoir de sérénité.
Quand je suis très malheureux ou très heureux et que je ne peux pas me confier à quelqu’un qui m’écoute vraiment, yeux dans les yeux, mains touchantes, je ressens la solitude, et c’est une épreuve.
Quand je patine devant un problème, quand je me sens contraint d’agir, quand je dois donner de mon temps pour d’autres, c’est du travail, et cet effort peut être pénible et/ou gratifiant.

Il arrive que chacun.e travaille dans la solitude dans son petit bureau comme autrefois. Mais quand arrivait la période des vacances, tout changeait, peut-être...
Si on avait prévu quelque chose avec des amies, la solitude laborieuse se transformait en projet et en joie de partir vers un ailleurs inconnu, bien préparé quand même.
Mais quand une personne commence à monopoliser la conversation et l’organisatrice amie, les vacances virent rapidement à une certaine colère faite de solitude intérieure comme au travail autrefois.
Ce n’est pas qu’on regrette le temps du travail, oh non, ni la chance d’avoir des vacances, mais peut-être éprouve-t-on seulement le besoin de retrouver un peu de solitude.
Du coup je me demande si c’est l’être humain, en général, qui est compliqué, ou seulement ce petit "moi haîssable", avant tout, content d’être en retraite du travail, tout le temps en vacances, même dans la solitude inévitable.