Lettres à Joseph Wrezinski

2 | (actualisé le ) par Sandrine

La proposition : Ecrire une lettre à Joseph Wrezinski, il aurait eu 100 ans cette année.
Faites-nous parvenir vos lettres, nous les publierons.

Lettres à Joseph Wrezinski

Cher Joseph,
tu nous manques, mais sache qu’aujourd’hui il y a plein de petits Joseph et de petites Joséphine qui continuent à essayer de faire bouger cette société si rude avec les plus démuniEs.
Souvent on parle de toi, tu as ouvert le chemin, le chemin du changement de regard, le chemin du faire ensemble, côte à côte.
Cette année, on va fêter ton anniversaire un peu particulier : 100 ans. Déjà 100 ans ou seulement 100 ans …. mais tu es toujours à nos côtés.
Une Joséphine brestoise.

Cher Joseph,
je ne vous connais pas bien mais je vais vous dire tu. Car pour mes nouveaux amis tu es comme un ami. Et déjà je t’admire. Je te place aux côtés de l’Abbé Pierre et de Mère Teresa parce que tu as consacré ta vie aux personnes les plus pauvres. J’aime votre trio, un peu comme j’aime Brel Brassens et Barbara. Ne sois pas choqué par cette comparaison, parce que tu es devenu une star pour le Mouvement, mais pas une star-vedette, une étoile-source pour l’action. La solidarité s’éloigne de la charité traditionnelle dans laquelle on partage, on donne des objets, avec toi on partage notre condition d’être humain et on participe à l’accès aux droits pour tous, notamment à l’éducation et à la culture. Et c’est pour cela que j’ai rejoint le Mouvement. Je t’écris pour te remercier d’avoir été ce messager de la dignité pour tous.
Un compagnon de route

Cher Joseph
Je vous remercie, d’avoir créé l’association ATD Quart monde.
Car grâce à vous, les personnes les plus pauvres peuvent enfin être écoutées et faire passer des messages :
Que les plus diminués sont des personnes avec des valeurs et des savoirs.
Que les plus riches ne savent pas toutes les connaissances qu’ont les plus pauvres
Merci, d’avoir fait évoluer la société et le mieux vivre ensemble
MERCI, POUR TOUT
Une militante

Cher Père Joseph,
Tu es parti trop tôt... je t’ai entendu parler la première fois à un congrès santé à Nancy , puis à un grand rendez vous de l’alliance à Pierrelaye et à ce premier 17 octobre et au Trocadéro. Tes paroles étaient fortes, défendant plus de justice entre les hommes, l’accès des droits de tous aux personnes les plus exclues de la société. Tes paroles venaient de ton analyse de ta vie d’enfant à Angers, de la vie partagée avec les personnes du bidonville ; elles nous bousculaient et imprégnaient nos choix de vie.
A ceux qui n’ont pas eu la chance de t’entendre, je leur propose de lire" les Ecrits et paroles" qui sont des textes issus de tes premières réunions avec les bénévoles. Textes riches d’enseignements et encore d’actualités.
J’espère qu’ils oseront lire.
M