Quand j’étais à l’ école

(actualisé le ) par Gwendal, Monique A, Sandrine

Quand j’étais à l’ école
Quand j’étais petite, j’ai fréquenté une école de bonnes sœurs. Elles nous obligeaient à écrire de la main droite quand on était gaucher, elles nous tapaient sur les doigts. Résultat : je suis devenue une gauchère contrariée.
Mon plus beau souvenir de l’école c’était au niveau sportif. Il y avait tous les ans des compétitions de natation. Ce qui m’a valu une médaille de bronze et un chèque de 10 francs de l’époque.
Vers l’adolescence, je faisais l’école buissonnière au cours de français, car le prof de français me trouvait nulle.

L’école, je l’ai quittée il y a deux ans. J’ai donc passé de nombreuses années à l’école comme élève, étudiante puis enseignante.
Que dire en quelques lignes ! Ma posture d’enseignante a certainement été influencée par mon passé d’élève. je n’aimais pas l’école, on me disait "bonne élève", mais moi je ne m’y sentais pas bien.
Devenue enseignante j’ai probablement gardé en filigrane ce ressenti : j’ai choisi de travailler avec des élèves pour qui l’école était compliquée à vivre. Ces élèves ont été pour moi un moteur pour réfléchir chercher afin qu’ils ou elles trouvent une place, leur place dans l’Ecole.

Quand j’étais à l’école, c’était plus comme maintenant, il y avait beaucoup plus de respect. En primaire on se levait quand un adulte rentrait dans la classe, on enlevait nos chaussures et on enfilait des chaussons pour rentrer en classe. Je me souviens aussi des sorties hebdomadaires en 0ptimiste au centre nautique, on rigolait bien ! Retour ligne automatique
Pour moi l’école est une bonne période de ma vie, même si mon passage a été assez court.

Quand j’étais à l école, en primaire, en secondaire, j’étais bon élève, plutôt timide et en même
temps peu intégré plutôt isolé, voire rejeté, surtout en secondaire. Mais, cela m’a permis d’avoir
du recul et de me forger un esprit critique qui me sert, maintenant, dans ma vie d’adulte.