Lettres de guerre

(actualisé le ) par Andrée, Françoise, Frankas, Guy, Gwendoline, Marie-Claire, Monique , Patrick, Sandrine, Valérie

Chèr ukrainien, chère ukrainienne,
Ce n’est pas facile d’être obligé de fuir et de quitter un pays qu’on aime, qui nous a vu naître.
Que dire quand l’impensable arrive ! comment vous réconforter, aucun mot ne peut justifier la folie des hommes.
Comment imaginer l’horreur de ce que vous vivez en ce moment.
Je ne connais pas tous les enjeux, mais comment comprendre que pour le pouvoir, des hommes soient prêts à tout et surtout aucune guerre ne justifie de sacrifier sa population. Il est impensable de voir que de nos jours un dirigeant quel qu’il soit puisse disposer comme il l’entend d’un pays et de prendre en otage la population civile et de saccager tout un pays pour une vengeance personnelle et pour satisfaire sa soif de pouvoir.

Cher Russe
Vous subissez aussi une guerre qui n’a été décidée que par une seule personne avec laquelle vous n’êtes peut être pas d’accord. C’est vous qui en vivez les conséquences.
On pense beaucoup aux Ukrainiens, qui souffrent de cette situation mais pour vous cela doit être dur également d’être dans un pays dirigé par une personne qui décide seul et n’écoute pas son peuple.
Cher Poutine
Pourquoi faites-vous cette guerre au lieu de parler et négocier ?
Le monde serait meilleur si on s’entraidait et partageait notre savoir et notre richesse.

Chers enfants d’Ukraine et de Russie
c’est pas juste : vos parents sont entraînés dans la guerre à cause d’un chef, Vladimir Poutine, qui croit que quand on est plus puissant, plus grand, plus fort c’est mieux pour son peuple. Il pense que les Ukrainiens et les Russes c’est pareil et qu’il n’y a pas besoin de deux pays. Alors il fait la guerre à l’Ukraine pour qu’elle soit dans la Russie. Pourtant l’Ukraine de Volodimyr Zelensky a choisi un autre chemin, un chemin qui protège les libertés et les droits de chacun. Ce qui n’existe pas dans la Russie aujourd’hui.
Faire la guerre veut dire tuer des gens et c’est mal. Vous avez peur et moi je suis triste avec vous. Triste de voir que des hommes puissants se permettent d’écraser une population voisine. Russes et Ukrainiens sont frères mais la fraternité est oubliée.
Un jour la Paix viendra, il faut que la liberté vienne aussi. L’Europe et le monde devraient vous protéger. Courage, on pense à vous !

Chère Ukraine
Bonjour, je suis bien évidemment avec vous dans votre combat pour la liberté de votre peuple.
Dites-vous que les français se mobilisent pour vous apporter le soutien logistique pour que vos familles ne manquent de rien. En espérant que cette guerre ne fasse pas trop de victimes civiles.
A bon entendeur, salut !

Chères et chers russes,
vous n’êtes pas Poutine !
Vous citoyennes et citoyens russes nous savons que vous êtes nombreuses et nombreux à descendre dans la rue avec des pancartes "Non à la guerre". Nous comptons sur vous pour continuer malgré les interdictions les répressions, nous comptons sur vous pour amplifier ces mouvements.
Vous les militaires russes qui êtes en Ukraine, j’ai en tête ce qui s’est passé en 14/18, des hommes au front criaient "D’ar gêr !" c’était des bretons et d’ar gêr (gêr se prononce comme guerre) veut dire "A la maison !". Je pense que beaucoup d’entre vous sont en Ukraine contre leur gré. On compte aussi sur vous pour refuser cette guerre.
Nous, les gens, on n’en veut pas de leur guerre, on veut juste vivre ensemble.

Chers Ukrainiens,
je n’ai pas grand chose à dire mis a part que je souhaite à chacun courage, ça me touche beaucoup et me donne des émotions et à ma famille aussi, ça atteint des enfants, hommes et femmes qui n’y sont pour rien et cela provoque tant de destructions .... Si j’avais une grande maison j’aurais accueilli des familles chez moi. Je vous envoie de la France des produits d’entretiens et d’hygiène, de la vaisselle, des oreillers, des tapis, une couette, etc.... Je prie tous les jours pour la paix.

Madame la Présidente de l’Union Européenne,
Il a fallu cette terrible invasion de l’Ukraine décidée par Poutine en Russie, pour que les 27 pays de l’Union Européenne décident de s’unir pour la première fois pour tous répondre d’une même voix.
C’est tristement, mais nécessaire, de tous se décider pour envoyer des armes à l’Ukraine pour se défendre.
Mais c’est aussi d’insister sans relâche pour que Poutine accepte de créer un couloir humanitaire pour acheminer des aides alimentaires et évacuer les Ukrainiens, surtout des femmes, leurs enfants, et les personnes âgées qui veulent fuir cette guerre meurtrière.
L’Ukraine ne peut attendre plus longtemps ces aides, elle qui a mis toutes ses forces pour défendre son pays et ses habitants qui souffrent, démunis.
Je vous demande donc avec insistance de tout faire pour intervenir sans tarder auprès des Responsables des pays de l’Union Européenne :
pour agir sans tarder auprès du peuple ukrainien contre Poutine et ses militaires, pour maintenir unis les pays européens pour accueillir tous ceux qui fuient la guerre,
et aussi, peut-être, de maintenir un certain contact avec cet homme sans conscience pour éviter le pire dont il nous menace tous.
Une européenne solidaire

Cher Poutine
Je vous demande d’arrêter la guerre en Ukraine, vous ne pensez pas aux personnes et enfants qui sont pour rien. L’Europe et beaucoup d’autres pays sont contre vous.

Chère amie Ukrainienne,
Je ne sais pas votre nom, mais je connais votre visage, votre voix, et il me semble même vous connaître un peu, car je vous ai entendue vous adresser aux Quimpérois rassemblés devant la mairie il y a une dizaine de jours. Nous étions là, répondant à un appel de la municipalité, pour dire notre soutien au peuple ukrainien . . . et vous êtes intervenue, juste après madame Assih, en commençant par ces mots « Nous sommes sous la pluie, mais eux sont sous les bombes . . . » . . . Toute l’assemblée vous écoutait, suspendue à vos lèvres. Alors, vous efforçant de masquer au mieux votre émotion, vous nous avez parlé de la vie actuelle en Ukraine, de vos parents restés à Kiev malgré votre invitation pressante à venir vous rejoindre en Finistère. « Nous ne quitterons pas l’Ukraine actuellement, disaient-ils, c’est notre pays, un pays magnifique, nous l’aimons et nous ne le lâcherons pas ». Et vous avez continué : « Vous voyez, c’est comme vous, les Bretons, vous avez aussi un pays magnifique, c’est celui de vos ancêtres, vous y êtes attachés . . . en cas de danger, vous ne voudriez pas le laisser ! » Et sur cette place où se mêlaient drapeaux bretons noir et blanc, drapeaux Ukrainiens, bleu et jaune d’or, drapeaux français, bleu , blanc, rouge, nous étions tous très vivement impressionnés.
Depuis cette soirée, les événements se sont encore aggravés . . . l’angoisse remplit les cœurs . . . Nous saluons le courage de tous les Ukrainiens qui continuent à se battre pour la liberté de leur pays, et bien plus encore, pour défendre les principes de la démocratie et tout faire pour qu’elle puisse continuer à exister.
Puisse venir un jour où nous tous, les humains, saurons vivre ensemble sur un même planète dans le respect et l’estime les uns des autres.
J’espère que vous avez des nouvelles de tous les vôtres, J’espère que la situation va un jour s’éclaircir, . . . et j’espère aussi pouvoir vous rencontrer à nouveau.

Cher Monsieur Le Président POUTINE
Une seule chose : je vous en supplie, veuillez respecter la souveraineté et l’autonomie des autres pays en particulier celles de l’Ukraine.
On connaît le début d’une guerre, mais sa fin & ses conséquences sont toujours néfastes.
Tu peux gagner la guerre mais pas la bataille.
Arrêtez la guerre, arrêtez de tuer, arrêtez de détruire un pays si beau l’Ukraine. Le sang a un pouvoir et parlera, l’histoire est têtue. Les ukrainiens ont droit à la vie.

Voici quelques lettres à écouter