Je me suis senti.e citoyen.ne quand...

(actualisé le ) par Andrée, Françoise, Frankas, Guy, Gwendoline, Marie-Claire, Monique , Nadine, Patrick, Sandrine

Je me sens citoyenne quand je vais voter, mais aussi quand je mène des actions avec ATD Quart Monde.
Je ne me sens pas citoyenne car le gouvernement laisse les personnes en précarité de côté. Où est passé la devise française liberté, égalité, fraternité ? Les politiques promettent beaucoup de choses pour obtenir nos voix, et ensuite une fois élus, ils ne font pas ce qu’ils ont promis, je ne me sens donc pas reconnue comme citoyenne.

Je me suis sentie citoyenne quand j’ai fait moi-même mon sapin de Noël avec des branches récupérées au lieu d’en acheter un en plastic qui pollue ou un vrai qu’on jette après.
Je me sens citoyenne quand je me soucie du bien-être et de l’éducation de ma fille pour qu’elle soit bien dans la société.
Je me sens citoyenne quand on aide les autres quand on fait attention aux autres, quand on se soucie des autres.
Je me sens citoyenne quand je fais attention à trier mes déchets.
Je me sens citoyenne quand je vais voter, j’utilise mon droit, je donne mon avis.
Je me sens citoyenne quand j’essaie de comprendre les autres et qu’on évite les conflits et même si on n’est pas d’accord on ne se fâche pas car on peut être d’accord sur autre chose.
Je me sens citoyenne quand avec ATD on s’unit pour essayer de faire bouger les choses, pour être entendu plus haut.
Être citoyen.ne ce n’est pas forcément faire des grandes choses !

Je me suis sentie citoyenne quand indignée, je ne me suis pas tue et j’ai agi.
Je me suis sentie citoyenne quand j’ai participé à des actions collectives pour défendre ou faire appliquer des droits.
Je me suis sentie citoyenne quand j’ai ressenti une écoute de personnes en situation de responsabilité sur des propositions que je faisais pour un mieux vivre ensemble.
Je me suis sentie citoyenne quand je me suis retrouvée avec des personnes très différentes réunies pour défendre une cause commune.

Je me suis senti citoyen quand j’ai connu ATD quart monde en 1993 par le gardien de l’école des Beaux Arts de Lyon qui était un allié du mouvement. Il voulait que je reste pour installer le matériel pour les Universités populaires, et puis je suis resté à ATD depuis.

Je me sens citoyenne quand je participe à la vie en communauté en faisant partie d’associations, en donnant de mon temps, en partageant les compétences et en les mettant en commun et en aidant les autres.

Je me suis senti citoyen dès l’adolescence quand j’ai voulu changer le monde. Je l’ai été quand, avec d’autres, j’ai tenté d’agir, par exemple pour lutter contre la faim dans le monde. Puis en m’engageant dans des associations, dans un parti. J’ai même été candidat à une élection municipale. Syndiqué, et élu représentant du personnel j’ai participé à la démocratie sociale. Comme journaliste j’ai eu un rôle dans l’information des citoyens, surtout quand j’ai été chargé de mission presse-école pour soutenir élèves et enseignants dans l’éducation aux médias. Le moment le plus marquant fut quand j’ai amené mon journal, Ouest-France, à déclencher l’aventure pédagogique et citoyenne « Une devise pour l’Europe ». 80 000 élèves de 15 pays ont participé et la devise en latin « In varietate concordia » (Unité dans la diversité) a été choisie et proclamée en 2000 au Parlement européen. Je me sens citoyen quand j’anime des ateliers d’écriture avec des « sans voix ». Mais je me sens souvent un citoyen impuissant...

Je me suis sentie citoyenne quand j’ai voté, quand je fais l’accueil à ATD, quand je fais partie d’une équipe, quand je fais du bien autour de moi, quand je mets de l’ambiance.

Je me suis senti citoyen quand j’ai commencé à jouir des droits dans la République Démocratique du Congo (droit politique, civil), par exemple : droit de voter, devoir de payer mes impôts et taxes, choisir et élire les autorités du pays... Je me suis senti citoyen quand j’ai reçu ma carte d’identité. Je me suis senti citoyen quand j’ai été embauché et reçu mon premier salaire, bref : quand mes parents m’ont dit "maintenant tu as un mot à dire qui peut influencer les décisions de ton entourage".
Aujourd’hui je voudrai devenir un citoyen français.

Je me suis sentie citoyenne quand j’ai agi de façon écologique en respectant les travailleurs de la propreté. D’abord en triant sérieusement mes déchets avant de les mettre dans les bacs jaunes ou mauves appropriés de mon immeuble. Ensuite en enlevant avec des gants les déchets qui traînaient autour de ces bacs.
Je me suis sentie citoyenne quand j’ai voté pour le candidat qui représente mes idées depuis toujours, même si je savais que ses chances de gagner étaient sans espoir mais aujourd’hui je me pose des questions car je suis déçue par son programme sans réelle ambition.
Je me suis sentie citoyenne quand j’ai participé à des mouvements de grève des travailleurs pour manifester contre les inégalités, et pourtant le syndicat auquel j’adhère n’appelait pas toujours à ces grèves.
Je me suis sentie citoyenne quand je me suis engagée dans le mouvement ATD Quart Monde qui lutte pour l’éradication de la misère même si parfois c’est difficile.
Je me sens citoyenne quand je lutte contre les petites injustices quotidiennes pour plus de paix et un mieux vivre ensemble et en étant solidaire de toutes les associations qui luttent contre les grandes injustices.

Je me suis sentie « citoyenne » quand j’ai voté pour la première fois. Je venais d’avoir 21 ans, l’âge de la majorité à cette époque-là, et puis, il n’y avait pas bien longtemps que les femmes l’avaient enfin obtenu, ce fameux droit de vote qui, jusqu’en 1944, leur était refusé !
Je crois que j’étais à la fois fière et inquiète. Fière, parce que je prenais conscience du fait que l’avenir de mon pays, la France, concernait toute la population, tous les habitants, et que j’y avais, moi aussi, une part de responsabilité.
Fière, mais en même temps inquiète. Avais-je assez réfléchi, demandé conseil ? Le petit papier que j’allais choisir était-il le meilleur porteur de l’avenir désirable pour mon pays ? . . .
Mais quand j’ai entendu dire tout haut : "mon nom" . . a voté ! » dans le bureau de vote je me suis sentie un peu plus adulte, un peu plus engagée, un peu plus CITOYENNE.

Actualités

2 visiteurs en ce moment