Nos voeux pour 2021

(actualisé le ) par Andrée, Françoise, Guy, Monique , Patrick, Sandrine, Sébastien, Valérie

Je rêve d’un monde meilleur pour cette nouvelle année 2021. Que tout le monde puisse être à la même enseigne sans jugement, sereinement sans recherche du profit. On doit pouvoir mettre son enfant dans l’école que l’on souhaite quelque soit notre emploi, ou le chômage. Il faudrait un pass culture-loisirs pour les enfants et les familles. Je souhaite que les magasins et les restaurants rouvrent. Si ça ne change pas il y aura trop de séparations, de disputes, des gens dehors. Il faudrait moins de conflits, moins de paperasse, moins d’angoisse. Que les hôpitaux nous soignent mieux.
Je souhaite bonne année, une bonne santé et du travail à tous. Et que du bonheur !

Pour l’année qui vient, je voudrais avoir un plein temps en semaine. J’aimerais pouvoir vivre correctement et avoir mon BAFD. Mais pour cela il me faut avoir plus de motivation...
Mes meilleurs vœux à tous !

Un seul vœu pour 2021 : que chaque personne se sente bien et soit bien là où elle est.

J’espère que l’année 2021 ne sera pas pareille à l’année 2020 ; et que l’on pourra recommencer les permanences, les ateliers et les sorties familiales.

Bonne année 2021 ! Prenez soin de votre environnement, consommez un peu moins, faites preuve d’un peu plus de fraternité, ayez moins de certitudes et, vous verrez, ça devrait aller un peu mieux.

Pour un monde meilleur, je souhaite plus d’entraide et d’unité. On voit un peu partout des initiatives intéressantes, des collaborations. Il faut aller à l’essentiel, ne plus accumuler. La richesse ne réside pas dans ce qu’on possède de matériel, mais dans les échanges d’idées et d’actions avec autrui.
Je rêve d’un monde sans covid, sans pauvreté, plus humain, où l’on fait attention aux une et aux autres, aux plus fragile, aux malades. Nous devons progresser ensemble dans le partage et l’amitié. Il faut faire évoluer le monde dans moins de pouvoir, bâtir une société avec tous, construire un monde plus libre, plus équitable.

Je fais le rêve . . . d’un monde où toute relation commencera par le respect de l’autre, tel qu’il/elle est, avec son âge, sa vie présente, ses richesses et ses failles, son passé que j’ignore . .. le respect et l’émerveillement . . .
Je fais le rêve d’un monde où l’on s’aimera assez pour pouvoir se pardonner .
Je fais le rêve d’un monde où le livre aura encore une grande place près des enfants et des adultes.
Je rêve d’un monde où les recherches et les choix seront guidés non par le profit, mais par le désir que les richesses de la terre soient accessibles à tous ; le désir que beaucoup d’actions naissent à tous les niveaux pour sauver la planète tant qu’il est encore temps ; le désir que , comme le disait Michel Serres, « la Science soit assez sage pour se retenir elle-même de faire tout ce qu’elle peut faire. »
Oui, je rêve de ce monde là.
Mais moi, qu’est-ce que je fais pour qu’il advienne ?

Je voudrais tellement que l’humanité grandisse en sagesse ! Mais que les systèmes et les choses sont lourdes et difficiles à faire bouger... Alors si on se concentrait sur ce qui est à notre portée : nos regards. Que les regards sur les décisions trouvent l’équilibre entre l’exigence et la bienveillance. Que les regards sur les autres nous amènent à se mettre à leur place. Que le regard sur nous-même nous amène à nous parler comme à un ami, loin de la culpabilité ou de l’éloge. Une estime de soi juste, qui donne confiance et invite à oser pour la justice et vers la sagesse.

Je rêve pour 2021 d’un monde meilleur pour tous ceux que je connais.
Bien sûr j’ai mes propres rêves comme finir ma formation OSEE (Osons les Savoirs de l’Expérience de l’Exclusion) en présentiel et non en visioconférences car avec la COVID ce n’est pas possible. que je me déplace à Paris.
Je rêve que cette maladie devienne moins dangereuse.
Mais tout ça ne reste qu’un doux rêve ...