Journal des re-confiné.es n°4 : Pour m’informer ...

1 | (actualisé le ) par Andrée, Nadine, Patrick, Sandrine, Valérie

Pour m’informer, mes sources d’information sont le journal télévisé et aussi le journal papier comme le Télégramme. Le Télégramme c’est plus ce qui concerne ma région et ma ville, la télé c’est plutôt sur tout ce qui se passe dans le pays.
Je pense qu’il y a beaucoup informations, certaines sont fiables, mais des fois non. "Trop d’informations tue l’information", il faut faire un tri sur ce que l’on nous donne.
Toute vérité n’est pas bonne à dire à un journaliste. Pourquoi je dis cela ? Je me souviens que pour un 17 octobre (Journée internationale du refus de la misère) j’avais dénoncé des dérives de la MSA et mes propos avaient été écrits dans l’article, résultat j’ai eu droit à un contrôle de la part de la MSA !

Pour m’informer je fais des efforts car je veux être un citoyen éclairé. J’ai la chance de pouvoir m’abonner à deux quotidiens (Le Monde et Ouest-France) et à deux hebdomadaires (La Vie et Télérama). S’informer c’est aussi du temps : chaque jour au moins une heure pour les journaux, une heure pour la télé (France 2, la 5 et Arte) et une demi-heure pour la radio. Sur internet je me documente mais n’échange pas sur l’actualité sur les réseaux sociaux.
Comme ancien journaliste je suis attentif à la façon dont les média informent. J’ai besoin de pouvoir distinguer les faits, l’analyse et le commentaire. Ce n’est pas assez souvent le cas. Et je regrette à la télévision la répétition des images qui donne l’impression d’un bourrage de crâne. J’apprécie les nuances et la pédagogie. Je n’aime pas quand on cherche la polémique ou à identifier trop vite les bons et les méchants.
Le journalisme est un métier qui doit mériter la confiance, il n’est pas une science mais un art difficile. Les journalistes doivent savoir se mettre en cause et entendre les critiques avec humilité. La démocratie ne peut se développer sans une presse libre, mais la démocratie a aussi besoin de citoyens qui s’informent avec sérieux, en étant vigilants et exigeants. En lisant des avis différents du sien, en plongeant dans la complexité, en goûtant les nuances.

Pour m’informer sur l’actualité le matin j’écoute la radio et à midi ou le soir la télé (TF1 ou France 3). Je regarde sur mon téléphone quelque fois le Télégramme ou Ouest-France. J’ai assez confiance quand ce sont ces journaux, même si parfois c’est grossi ou pas, on ne sait pas bien. J’ai moins confiance avec Internet, il faut faire attention, surtout sur les réseaux sociaux. Aux infos je regrette que ce soit trop négatif, c’est angoissant. Surtout pour les personnes très sensibles, ou les vieilles personnes. Ils devraient mettre plus de belles choses. Et il n’y a pas assez de place pour les grands sujets, comme la pauvreté par exemple.
Sinon, pour m’informer dans notre vie pour les démarches, je préfère aller à la source, appeler les organismes directement, par exemple la CAF ou les Centres sociaux. Et quand je ne comprends pas bien, il y a le dictionnaire !

Pour m’informer je regarde les journaux télévisés sur TF1 à 13h et à 20h. Je tiens à être au courant de ce qui se passe et j’aime bien les infos. Même si je trouve qu’ils répètent souvent la même chose, et qu’il y a trop d’images violentes. Surtout ces jours-ci. Je ne supporte pas, ça me fatigue. Dans ces cas là je lève la tête et regarde au plafond. Les nouvelles sont trop tristes en ce moment avec le covid. La mort de Maradona, ils en font vraiment trop. Ils disent que c’est un dieu, c’est pas un dieu, c’est juste un doué !
Je regrette qu’on ne parle pas plus de la Bretagne, c’est toujours à Paris ou je ne sais pas où... Je ne lis pas le journal, c’est cher. Quand j’achète Le Télégramme c’est pour avoir des attestations, mais je ne le lis pas.

Pour m’informer je regarde le journal télévisé, souvent France 2, le matin "télé matin", je lis aussi "le télégramme" et feuille de route d’ATD Quart Monde afin d’essayer de me faire ma propre opinion.
Je ne vais jamais sur les réseaux sociaux, je m’en méfie peut-être à tort (on a peur de ce qu’on ne connaît pas, peut-être que je me laisse influencer et j’écoute trop ce qu’on dit des réseaux sociaux). Je ne sais pas si l’information est vérifiée et quelles sont les sources ?
J’aime aussi écouter la radio"France Culture", il y a toujours des sujets intéressants et variés.
On vit une période difficile, on est assailli par les informations. L’information arrive en nombre et à toute vitesse, on n’a pas le temps de réfléchir.
Il est important que les journalistes gardent leur liberté. Ils ont des responsabilités sur la manière dont ils donnent l’information. Leurs paroles et leurs écrits peuvent être lourdes de conséquences.
Quelquefois, on a l’impression d’être dirigé à penser d’une certaine façon et utilisé par l’information.
En conclusion on doit faire attention aux conséquences des informations. Ne pas juger. Où est la vérité ?