Journal des re-confiné.es n°2 : Nos faims essentielles

(actualisé le ) par Andrée, Françoise, Guy, Monique , Nadine, Patrick, Sandrine, Valérie

L’essentiel pour moi c’est de donner à manger tous les jours à la famille, et de réussir à payer les factures chaque mois sans angoisse, sans stress. C’est aussi de pouvoir soigner la famille. Être heureux dans la famille et dans le monde. Et avoir un travail décent pour vivre.
J’aimerais voir mes parents, mes frères et sœurs et leurs enfants, ils me manquent. C’est important de prendre des nouvelles des amis et de s’assurer qu’ils sont en forme. J’aime aider comme je peux, ça me donne le sourire.
Les magasins ? J’ai pas retrouvé les carottes en cageot et du coup je n’ai pas acheté, les autres étaient trop chères. Les légumes sont plus chers. Est-ce qu’ils se rattrapent parce qu’ils ne peuvent pas vendre les vêtements, les jouets et tout ça ? Je ne sais. En attendant il a fallu que l’assistante sociale nous donne un bon pour l’aide alimentaire...
Comme on vient de déménager et que notre opérateur tarde à installer internet nous n’avons pas la télé depuis plus d’un mois ! Maintenant qu’on a terminé avec les cartons, ça nous manque !

Ce qui est essentiel pour moi, ne l’est pas forcément pour les autres.
Peut-on se passer du superflu ? et c’est quoi le superflu ?
Pour vivre, j’ai besoin de quoi ? D’un toit , de manger, de boire, de respirer, d’avoir une bonne santé.
Pour avoir cet essentiel, j’ai besoin des autres.
Noël, la fête, les jouets est-ce essentiel ?
Oui ! on a besoin de rêver, de chaleur humaine, de faire plaisir, de se réunir, de voir sa famille.
La crise sanitaire a redéfini pour nous le mot"essentiel" et nous fait réfléchir et redéfinir ce qui est vraiment indispensable.

L’essentiel pour moi c’est d’être en contact avec les gens, en faisant attention bien sûr. Je suis d’ailleurs pressée de ne plus mettre de masque, je ne le supporte pas, il m’empêche de respirer ! Autre chose : j’ai peur car SFR annonce que le 16 novembre ils changent je ne sais pas quoi et qu’il faudra faire une nouvelle recherche de chaînes de la TNT et je ne sais pas faire ! Je ne peux pas vivre sans télévision, la regarder ça coupe de la solitude. Donc la télé c’est essentiel !
Je peux aller acheter de quoi manger au petit supermarché d’à côté, mais il me manque une paire de basket parce que la mienne a des trous, j’en ai vu à Leclerc avant le reconfinement à 14,95€ mais je ne peux pas y aller, je crois que c’est dans la partie fermée.
Mais le plus important c’est que pour les familles qui préparent Noël c’est dur de ne pas pouvoir acheter dans les grandes surfaces où c’est moins cher. Moi j’en achète pas, je ne peux pas. Mais il faudrait des jouets à la portée de tous !

L’essentiel pour moi, ce qui m’est nécessaire pour vivre, c’est d’avoir accès à la beauté, à la bonté et à la vérité. La beauté au-delà des formes, la bonté au-delà de la morale, la vérité nichée dans le mystère de la vie. Je peux dire cela, il est vrai, sans la charge mentale des fins de mois...
Du coup, l’essentiel pour moi c’est la dignité de tout être humain, quelques soient ses capacités, ses comportements, ses convictions. Pour qu’elle soit reconnue et vivante il faut des gestes, des paroles, de actes individuels et collectifs. C’est un combat, celui du Mouvement.

Je trouve que c’est pas normal que les magasins soient fermés. Par exemple l’hiver arrive, mes petits enfants ont froid aux mains et on ne peut pas acheter de gants. Pareil pour les chaussures. On peut acheter des casseroles mais pas des vêtements chauds dont on a besoin. C’est pas normal.
Un autre problème, j’ai fait plusieurs pharmacies pour le vaccin contre la grippe et il n’y en a plus.

Je vis actuellement de profonds changements dans ma vie : lieu, voisinage, personnes rencontrées, déroulement d’une journée. . . et plus de solitude ! Mais aussi du temps pour lire, réfléchir, se poser des questions. .
Alors, qu’est-ce qui est essentiel pour moi ?
D’abord, reconnaître que, ces changements de vie, beaucoup de personnes de mon âge les connaissent et accepter petit à petit la diminution des forces physiques, intellectuelles, apprendre à lâcher prise. . .bref, apprendre à vieillir . . .si possible dans la sérénité.
Et puis, le relationnel : le vivre comme une chance, une richesse, un cadeau, une aide précieuse, garder des liens et accueillir ceux qui se présentent . . . Et enfin, pouvoir continuer, tant que ce sera possible, à partager avec d’autres questions, réflexions, lectures ( notamment celle de la Bible) dans ce nouveau contexte.

Pour moi l’essentiel c’est d’avoir un logement, d’être en bonne santé et de savoir que j’aurai à manger jusqu’à la fin du mois. Tout dépend de la situation dans laquelle on se trouve.
Mon fils a besoin d’une autre paire de chaussures, il y a un trou dans la semelle et ses pieds sont mouillés. J’ai dû me renseigner pour savoir comment acheter une nouvelle paire car les chaussures ne sont pas essentielles. Je dois appeler le magasin pour dire la marque le prix la taille et je pourrai aller les récupérer ensuite. Pourtant je pense que c’est essentiel pour mon fils de pouvoir aller à l’école avec les pieds au sec.

Essentiel, ce mot est partout dans cette période de re-confinement, il réglemente nos sorties notre organisation … Les règles sont les mêmes pour toutes et tous et pourtant nous ne mettons la même chose sous ce mot qui d’ailleurs à de nombreux synonymes qui ajoutent au flou. En voici quelques uns : nécessaire, indispensable, très important, capital, le plus important, le principal, fondamental, majeur, élémentaire, éminent, primordial, crucial, obligatoire, vital …
Et on comprend vite que ce qui est nécessaire pour toi ne l’est pas pour moi, ce qui est le plus important pour nous ne l’est pas pour vous, ce qui est capital pour eux ne l’est par pour elles...
Je comprends bien qu’il faille des règles pour freiner la propagation du virus, mais je sais aussi que des règles sont respectées quand elles sont comprises, quand elles font sens.