Les vacances ? !

par Andrée, Clarisse, Françoise, Guy, Monique , Nadine, Patrick, Valérie

Difficile de faire des projets pour les vacances : changer la tapisserie, m’éloigner de tout de certaines choses, la liberté de pouvoir bouger je ne sais pas où dans la forêt à la mer je ne sais pas je ne sais plus …
Je ne suis pas partie en vacances depuis 10 ou 15 ans. Je me souviens de vacances en Vendée dans des petites maisons mais là je ne réussis pas à penser, il y a comme un caillou qui m’empêche de penser.

Dans vacances, il y a vacant :
un espace vacant,
un vide,
du temps libre.
Les vacances :
c’est se reposer, rompre avec la routine avec une vie trépidante.
c’est laisser aller son imagination et réfléchir.
c’est prendre soin de soi.
c’est ne plus travailler.
Cette année est particulière, après ces deux mois de confinement, d’arrêt. Le retour à la normale est difficile et l’envie de vacances aussi.
On est un peu comme quelqu’un privé de liberté à qui tout d’un coup , on ouvre les portes en grand. La lumière fait mal, o n hésite, on a peur. Il y a un peu d’angoisse.
Cette inquiétude est indescriptible.
On ne sait pas comment cela va évoluer.
On a du mal à se réjouir.
On a du mal à être insouciant et à profiter tout simplement de vacances.

Un souvenir de belles vacances.
On était parti en vacances, en Pologne, ensuite en Autriche. L’Autriche est un joli pays à voir. Il y a plein de fleurs sur les balcons.

Les vacances ? Les vacances riment avec jeux d’enfance, danse, transe, tout recommence, espérance ! Une image de liberté, sans contraintes d’horaires, de travail, on ferait ce que l’on veut...
Mais que veut-on ? Sait-on faire la différence entre vouloir et désirer, entre désirs et volonté ? Je me suis posé cette question quand j’ai pris ma retraite il y a dix ans. Car la fin du travail pourrait ressembler à des vacances, ouvre le champ des possibles. Et pour moi le « divertissement » a pris moins de place que l’approfondissement, l’engagement et le plaisir d’accompagner l’épanouissement de mes enfants et quatre petits enfants.
La page est blanche, ou presque car les premières lignes sont écrites par les besoins des proches, l’accueil des petits enfants pendant que leurs parents travaillent, l’accueil d’amis pas vus depuis trop longtemps, ou qui manquent de lieu de vacances. Car, c’est notre privilège, nous avons hérité d’une maison sur le littoral du Finistère Nord et nous n’avons pas besoin de chercher ailleurs le plaisir de changer de décor.
Car les vacances pourraient être, devraient être l’occasion de changer de décor. Mais la moitié de Français ne le font pas, ne peuvent pas le faire. N’y-a-t-il pas un droit aux vacances ?

Nous préparons le déménagement, cela veut dire trier cartons, paperasses, découvrir l’intérieur de la nouvelle maison, nettoyer l’ancienne maison et faire l’état des lieux. Préparer la rentrée scolaire avec achat de matériels et vêtements... etc . Fêter un peu l’anniversaire de notre fille. Nous ferons un peu de promenade et mettrons les pieds dans l’eau, ...etc. Je pense que nous allons décider au jour le jour ce que l’on va faire vu mes problèmes de santé et les rendez-vous. Mon mari anime une colonie pendant 6 semaines, comme tout les ans et des centres aérés. Ces colos seront complexes pour lui et les enfants vu les conditions du Covid.
Les vacances c’est savoir penser à soi et se reposer, faire des barbecues, des salades des repas froid, voir les amis. Dommage qu’on ne puisse pas aller en vacances pour oublier les soucis et voir autre choses. On va s’illuminer de la lumière du soleil et chercher la joie avec ma famille.

J’ai cherché la définition du mot vacances
« Période légale d’arrêt de travail des salariés, période de congé dans les écoles, les universités » (Larousse)
Si on s’arrête à cette définition, les personnes sans travail ne sont donc pas concernées par les vacances ?
Et pourtant les vacances sont un droit et même une nécessité tout comme la culture les loisirs, mais un français sur deux ne part en vacances …

Ces vacances 2020 vont être pour moi des vacances bien particulières : il s’agit de préparer un déménagement qui aura lieu en septembre . . . et surtout de préparer une nouvelle étape de vie . . . une étape dont nous savons bien toutes les trois qu’elle sera la dernière.
Préparer matériellement le déménagement, oui, ça prend du temps, ça fait vivre des ruptures : ce petit meuble si joli, je laisse ou j’emporte ? et ces souvenirs, ces lettres, ces photos . . . que de retours vers le passé ! Mais je n’aurai pas beaucoup de place dans mon nouveau logement . . . alors, je déchire ?
Mais il y a d’autres ruptures, plus graves, plus profondes. Les groupes qui ont été mon soutien, mes lumières, mes guides pendant des années, les quelques jeunes que j’aidais encore un peu pour leur travail scolaire . . . ils ne le savaient pas, mais ils me donnaient des raisons de ne pas m’enfermer, de continuer à m’informer, à me cultiver, à travailler mon anglais, à le moderniser . . . et puis, tous les amis, tous ceux et celles avec qui des liens se sont créés, par lesquels je me suis laissée apprivoiser . . . les quitter ? tirer un trait ? en gardant précieusement ce qu’ils m’ont appris et donné ?
Oui, apprendre à vieillir, à quitter, sans amertume, dans l’action de grâces, cela se fera peut-être pendant ces vacances . . .
Mais aujourd’hui, je crois que ça n’est pas encore tout à fait mûr !

Qu’est-ce que les vacances ?
Les vacances c’est fait pour profiter, se changer les idées, penser à autre chose, s’évader, partir loin chez nous !